West Coast Swing

Le West Coast Swing est une danse à deux de style swing, issue du Lindy Hop. Cette danse sera considérée plus tard comme une version « douce » du jitterbug (notamment par la suppression des jetés de jambes, les « kicks »).
D’abord appelé Western Swing en 1951, son appellation définitive se fera en 1961. Elle est caractérisée par des mouvements très élastiques des partenaires, que ce soit individuellement ou bien l’un par rapport à l’autre. Certains considèrent à tort (cf. historique) que c’est une danse Swing (lindy ou boogie) interprétée comme une danse sportive ; d’autres personnes considèrent par ailleurs qu’il ne s’agit plus d’une danse Swing, puisque le blues originel ne représente plus qu’une petite partie des différents courants musicaux pouvant être interprétés en West Coast Swing.

Elle laisse une grande part à l’improvisation. Cette danse se pratique sur un vaste éventail de styles de musique : pop, funk, dance, country, jazz, blues, RnB, disco …

Jusqu’au début des années 1990, le West Coast Swing se dansait sur du swing, souvent des blues plus ou moins rapides interprétés entre la danse de salon, le lind-hop et le boogie-woogie. Mais en 1996, un nouveau courant se fait sentir, en commençant à intégrer des rythmes funky dans la danse. Cette évolution va devenir une révolution en 1999 avec les prestations de Jordan Freesbee & Tatiana Mollmann.

Le West Coast Swing aujourd’hui :

Il existe actuellement 2 interprétations du West Coast Swing :

  • Binaire : style funky. Pour danser sur des musiques… binaires (rock, funk, R’n’B…). Cette forme est dans les faits une légère adaptation du style classique. Visuellement, ce style est plus énergique et plus explosif.
  • Ternaire : style classique. Pour danser sur des musiques « swing » (notamment le blues). Cette forme restera toujours la base du West Coast Swing (d’un point de vue technique), très adaptée aux mouvements coulés et sensuels.

La différence entre ces deux styles est le moment où l’on pose le pied sur les contre-temps.

  • En binaire, lors du « et », le pied est posé exactement au milieu entre les deux temps : 3.et.4, 5.et.6
  • En ternaire, lors du « et », le pied se pose après le milieu entre deux temps : « 3.et.4, 5.et.6 », c’est le « Rolling Count » (la musique étant ternaire, cet ajustement est naturel).

Plus généralement, cette danse se fait surtout sur des tempo lents qui vont de 20 à 34 MPM et sur des musiques très variées : de Fever (Peggy Lee) à Poker (Lady Gaga) en passant par I feel good (James Brown) ou bien « Beat it » (Mickael Jackson), toutes les époques sont représentées des courants Blues, Funk, RnB, Pop.

Les commentaires sont fermés